Sunday, 30 October 2016

[Revue n°20] J'ai survécu à ma mère - Victoria Spry

  • Editeur : City Editions
  • Nombre de pages :328
  • Année de parution : 2016
  • Prix : 17.90
Résumé : 

"Tu es une fille perturbée. Je suis une mère merveilleuse... Si tu parles, jamais personne ne te croira." 

Au yeux de tout le monde, la mère de la petite Victoria est dévouée et aimante. Elle affiche l'image lisse et tranquille d'une famille parfaite. Mais une fois la porte de la maison refermée, elle se transforme en un véritable bourreau, un monstre cruel. 

Dès l'âge de trois ans, Victoria subit la colère de cette mère terrible : la fillette est battue, mumiliée et maltraitée. Son enfer est quotidien, son calvaire inimaginable. La femme qui devrait l'aimer et la protéger la roue de coups, lui fait avaler du détergent ou l'attache nue dans la cave en plein hiver...

Ce véritable martyre va durer dix-huit ans. Dix-huit très longues années. Jusqu'au jour où Victoria aura le courage de dénoncer son bourreau. Avant de se reconstruire tant bien que mal et de commencer à vivre. Enfin. 

Ce que j'en ai pensé : 
      
Bonjour bonjour tout le monde ! 

Aujourd'hui, je reviens avec une chronique un peu spéciale. En effet, j'ai décidé de vous parler d'un livre qui m'a boulversée et que je n'aurais jamais imaginé lire un jour. J'ai offert ce bouquin à ma maman à l'occasion de son anniversaire, alors que je l'ai apperçue au rayon livre, ce roman en main et de l'envie dans le regardJe dois avouer que je ne suis pas vraiment fan de ce genre de lecture et que je ne comptais pas lire ce livre lorsque je le lui ai offert. Mais finalement, j'étais intriguée par l'histoire et maman me donnait envie d'en apprendre plus. Il lui arrivait de faire certains commentaires en lisant et je me demandais ce qu'il pouvait bien se passer. Et puis est venu le jour où elle a terminé sa lecture et où elle m'a confié avoir voulu pleurer à certains passages. Elle m'a proposé de le lire et j'ai accepté. Pour être honnête, j'étais pleine d'appréhension lorsque j'ai commencé à lire. Je me suis dis que c'était peut-être trop gros pour être vrai et je me suis imaginé que l'auteur allait certainement exagéré certaines choses. Bref, j'étais très sceptique quant à l'authenticité de ce témoignage.

Au final, j'ai ouvert le livre et j'ai entamé ma lecture. J'ai été très surprise lorsque je me suis rendue compte que les pages se tournaient vite et que je n'arrivais pas à lâcher le bouquin. Parce que voilà, on a envie d'en apprendre davantage et l'on se demande comment est-ce que c'est possible. Certaines scènes sont extrêmement difficiles à lire et j'ai eu la gorge serrée à plusieurs reprises. 

On se met tout de suite à la place de la si petite Victoria. On ne peut empêcher notre ventre de se nouer lorsque l'on sait qu'elle a fait une bêtise et que, forcément, sa mère lui en fera payer les conséquences. On a peur de tourner les pages, on sait qu'il va se passer quelque chose d'épouventable et l'on se sent impuissant de ne pas pouvoir arranger les choses ou de lui venir en aide. On stresse et l'on se sent oppressé. 

J'ai été très touchée par cette histoire. Je sais que, partout dans le monde, des enfants subissent ce sort. Mais jamais, au grand jamais, je n'aurais imaginé que de telles choses puissent se produire. Comment quelqu'un peut-il faire subir cela à un enfant ? Ou même à un autre être humain, qu'il soit âgé ou non

J'ai eu peur pour elle à la fin du livre, je me suis même sentie extrêmement mal à l'aise. Parce que l'on sait que sa mère est capable de commettre des actes inhumains et qu'elle est vraiment très violente. On s'inquiète pour Victoria et l'on espère que tout se passera bien pour elle. 

Evidemment, j'ai eu le coeur serré lorsque j'ai terminé cette lecture. Je me suis sentie très vide et impuissante. J'aurais aimé l'avoir connue à cette époque, être près d'elle et avoir eu le courage de dénoncer sa "mère". On se sent coupable. Très coupable. Mais ensuite, on éprouve du soulagement et de la joie pour cette jeune femme qui se reconstruit petit à petit. 

La note que je lui donne :

Je n'ai pas envie de donner une note à ce livre. Parce que je trouve que ce serait un manque de respect de lui attribuer un  4/5 ou un 5/5. Pour moi, cela viendrait à dire que j'ai adoré l'histoire et la manière d'écrire de l'auteure. Pour une fois, je ne donnerais pas de cote. Je terminerai juste en disant que ce récit de vie m'a touchée et que je n'en suis pas sortie indemne.